Une génération en faveur de la liberté s’installe dans nos campus

Alors que le mouvement Students for Liberty se déploie à vitesse grand V en France, deux de ses animateurs reviennent sur son projet, en présentant une cartographie actualisée des groupes existants ou en gestation.

Par Christophe Seltzer et Thomas Rockenstrocly [*]

Students for liberty Credit photo facebook SFL

« Social libéralisme », « ultra-libéralisme », « néo-libéralisme anglo-saxon » : les occurrences politico-médiatiques ou intellectuelles se multiplient pour décrire de façon imprécise et erronée les réels dysfonctionnements d’un système qui est tout sauf libéral. L’ignorance ou la mauvaise foi expliquent cette méprise qui commence dans le manque criant d’offre académique pro-libertés et se prolonge dans l’absence d’une culture de l’opportunité. C’est dans les campus que doit d’abord se jouer un renouveau libéral digne de ce nom.

Dans une démarche culturelle innovante et proactive, qui ne relève ni du parti ou de l’organisation politique, ni même du think-tank, des étudiants choisissent l’entrepreneuriat associatif pour changer positivement la donne, et contrecarrer les logiques d’une société atomisée par l’État-providence.

Students For Liberty est un mouvement qui travaille à l’installation d’un forum collaboratif pour soutenir les étudiants et leurs organisations dédiées à la liberté. Ces organisations ont pour mission de :

  • diffuser des idées pro-liberté autour des grandes écoles de pensée et par le moyens d’auteurs et d’approches trop peu, trop mal ou pas enseignées du tout ;
  • démontrer que l’initiative libre et spontanée permet de répondre aux défis du temps présent.

Un forum d’associations étudiantes

nouvelle génération libérale rené le honzecCe projet associatif passe par l’implantation d’associations dans les villes [Students for Liberty-villes], à l’instar de Students for Liberty – Paris en région Île de France, ayant vocation à soutenir la création de [groupes-campus] autonomes dans les écoles et facultés de la ville considérée, comme Think Libéral Sciences Po ou Les Conférenciers de Paris Ouest – Nanterre.

Si ces associations adhèrent à un réseau français connecté, et travaillent dans le même état d’esprit, les [groupes campus] se choisissent librement un nom et des formats d’activités appropriés aux profils de leurs étudiants. Des associations transversales peuvent même naître pour créer des opportunités préprofessionnelles et proposer des activités ouvertes en court-circuitant le cloisonnement de l’enseignement supérieur.

Mieux que de vouloir attendre d’institutions scolaires ou politiques une adaptation, nous agissons pour créer des solutions innovantes, avec tout ce qu’il est possible de faire. Les étudiants ont plus de ressources qu’ils ne le pensent, et nous voulons les révéler. Pour revitaliser la société, nous pensons que ces interactions libres sont plus pertinentes que la planification institutionnelle.

Construire les bases d’une société libre : deux missions entrepreneuriales

Entrepreneuriat intellectuel d’abord : nous partons des problèmes que les étudiants rencontrent pour expliquer par thématiques en quoi les politiques publiques habituelles jouent le plus souvent contre eux en dépit des apparences (« ce que l’on voit, ce que l’on ne voit pas » nous disait Frédéric Bastiat). Logement, entrée sur le marché du travail, liberté sur internet, légalisation des drogues, système de retraites ou de sécurité sociale, liberté de choix de modes de vie, autant de sujets qui regardent ou vont regarder d’abord les jeunes et qui sont matières à des discussions menant naturellement à la pensée d’écoles libérales qu’ils ne connaissent pas parce qu’on ne leur enseigne pas. En partant d’un contexte concret, pour déployer les enjeux, on finit par pédagogiquement retomber sur le bon sens libéral. Nous nous efforçons de créer des formats innovants aux côtés des recettes traditionnelles afin de s’adapter à tous les publics, celui des néophytes comme des plus chevronnés, pour toutes les envies, toutes les ambitions.

Activités relatives : ciné-libres (ciné-club autour d’un film libéral), café-libres (discussions animées et modérées par nos sympathisants), conférences, clubs de lecture, projets de MOOCs et bibliothèques numériques, échange et réalisation de fiches de lecture, production d’articles, de vidéos ou de supports graphiques, activité sur les réseaux sociaux, aiguillage vers des experts libéraux sur des sujets particuliers, etc.

Entrepreneuriat culturel, économique et social aussi : nous préparons de vastes projets comme celui d’un « Startup Weekend » libre entièrement porté par ces associations étudiantes, à partir de financements privés et en-dehors de relais institutionnels classiques (scolaires, publiques ou politiques), pour montrer que l’initiative libre est à la source des activités, de l’emploi, de la poursuite libre du bonheur.

Activités relatives : modèles ouverts d’apprentissage autour de projets de MOOCs et bibliothèques numériques, aides à la création de start-ups, projets d’incubateurs, rencontres de professionnels, tutorats, associations de loisirs, etc.

Comprendre et vivre la politique comme un vivre ensemble spontané dans des interactions d’individus qui coopèrent librement, créent de la richesse et du lien social pour répondre aux défis de la vie quotidienne, c’est là l’enjeu d’un associatif qui se bat concrètement pour une société plus libre en action, et qui explique les fondamentaux du gouvernement limité, corollaire qui la permettra a fortiori.

Apprendre à créer les opportunités

Ceux qui nous rejoignent partent à la découverte du monde professionnel dans le bénévolat, au service d’idées, et dans un état d’esprit novateur. Ceux qui nous fréquentent trouvent autant d’idées et de débats que d’activités ou loisirs.

Loin de tout constructivisme, nous travaillons sur un modèle décentré de grid-computing, en open source, pour révolutionner aussi l’approche des liens entre individus. Nous voulons aider les étudiants à trouver et se créer des opportunités en les incitant à s’intégrer à l’organisation de nos projets par laquelle ils se forgent une expérience du management de projet et d’équipes, de la communication, des relations publiques, de la gestion d’un budget, de nuits blanches et de réunions enfiévrées !

C’est dans cette expérience qu’on constate combien la liberté est un principe efficace.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *